Recherches, films & vidéos

Différentes formules à partir de la vidéo participative

Pour répondre aux demandes les plus courantes de nos partenaires en termes de recherche et de communication suivant leur degrés d’investissement dans un projet participatif, nous pouvons envisager différentes formules types, affinées et aménagées au cas par cas selon les particularités du projet. Mis à part pour la réalisation de films ou spots vidéo de commande, les matériaux audiovisuels issus du processus sont partie prenante d’une analyse qualitative.

En concertation avec les bénéficiaires, exploitation du film d’atelier par les partenaires

Une finition du film d’atelier qui a été monté sur le terrain est effectuée dans un deuxième temps. Ce travail peut éventuellement inclure un habillage sonore, titrage et sous-titrage mais sans modifier la structure, ni les choix effectués par la communauté et est également restitué à celle-ci.

 

En concertation avec les bénéficiaires, montage de vidéos dérivées en plus du film d’atelier

Il s’agit d’un travail de re-montage des enregistrements effectués par les participants pour composer une ou plusieurs vidéos en vue d’illustrer un aspect particulier du projet ou du programme. Ce travail est réalisé dans un deuxième temps, après l’atelier, et peut inclure l’habillage sonore, graphique, le sous-titrage, etc.

 

En concertation avec les bénéficiaires, montage de vidéos dérivées avec tournage additionnel dans le cadre du processus

Ce travail est effectué en partie pendant le temps de l’atelier en vue de documenter celui-ci ou le processus de façon professionnelle et peut être réalisé par l’expert de Visual Exchange agissant en qualité de facilitateur de l’atelier.

 

En concertation avec les bénéficiaires, réalisation de vidéos dérivées avec tournage additionnel hors cadre du processus

Ce travail est effectué en partie pendant le temps de l’atelier en vue de documenter celui-ci tout en réalisant des objectifs de communication parallèles ou en lien de façon professionnelle. Suivant la nature de la demande, il nécessite l’intervention d’un technicien supplémentaire de Visual Exchange en plus du facilitateur de l’atelier. Il nécessite également quelques journées de travail indépendantes de l’atelier sur le terrain.

Pour les deux dernières formules, il n’est pas favorable d’entamer ce travail durant les premiers jours d’atelier de vidéo participative. De même qu’il n’est pas favorable de cumuler des intervenants extérieurs auprès de la communauté durant un atelier initial de vidéo participative. Les premiers jours, plus particulièrement, mais de façon générale, le travail en vidéo participative avec un groupe est sensible et toute intrusion ou confusion dans les objectifs peut compromettre la bonne marche de l’atelier initial, et, à fortiori, du processus participatif dans son ensemble.

 

Par ailleurs, en dehors de tout processus de vidéo participative, notre expertise de terrain et notre réseau dans le domaine audiovisuel nous permet de prendre en charge la production complète de films de commande, de films de sensibilisation ou de spots vidéos ayant des objectifs ciblés.

Vidéo de commande - Bolivie

Techniques sensorielles en cinéma direct

De quoi s’agit-il ?

Le Sensorial Filmmaking est un ensemble de techniques corporelles et sensorielles qui permet d’augmenter le confort, l’efficacité et la créativité de l’opérateur et de l’opératrice caméra – professionnels ou débutants – sur les tournages à l’épaule ou au poing. L’opérateur et son équipement sont transformés en une véritable entité filmique dans la lignée de l’approche du cinéma direct.

Le Sensorial Filmmaking permet également de s’initier ou de redécouvrir les bases du langage cinématographique à travers une méthode ludique et participative tout en stimulant la productivité, l’échange et les contacts interpersonnels au cœur de la pratique.

« Mise au point au tout début du cinéma synchrone par des cinéastes de renom tels que Jean Rouch et Michel Brault, la technique s’inspire du yoga, du mime et de la danse et permet de reproduire en situation de tournage à l’épaule ou au poing, l’ensemble des mouvements de la grammaire du cinéma. »

Quel est l’objectif ?

Le but du Sensorial Filmmaking est d’harmoniser le corps et l’esprit au travail de l’opérateur ou de l’opératrice caméra et de le faire participer à la créativité narrative de la prise de vue. Il permet de réaliser avec aisance et sans autres accessoires que la caméra des plans fixes et de longs plans séquences parfaits.

La méthode de formation ?

L’apprentissage est basé sur la maitrise de techniques de relaxation, de postures et de mouvements corporels spécifiques qui permettent de ne faire qu’un·e avec la caméra et la scène filmée.

La formation met l’accent sur l’expérience comme point de départ de l’apprentissage. Elle alterne exercices pratiques, moments de visionnage, partage d’idées et d’analyse en vue de connecter la méthode à l’expression d’un point de vue personnel.

A travers l’échange constant des rôles au sein du groupe et l’application directe des acquis sous forme de théâtre filmé ou de micro tournage dans le réel, vous développez une faculté instinctive d’interaction et de mise en scène du réel sur le vif.

Télécharger la plaquette

BDFM PICTO_70 Right